L’ Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) est engagée dans une politique générale en faveur de l’égalité entre les filles et les garçons et entre les femmes et les hommes, en particulier dans les établissements de son réseau à l’étranger dans le cadre de sa mission d’enseignement (élections de délégués en binômes filles-garçons, lutte contre les stéréotypes lors de l’orientation des élèves, équipes sportives mixtes, etc.).

A l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes 2021, l’Agence lance son premier Plan d’action égalité professionnelle qui accompagne et structure la politique d’égalité professionnelle de l’Agence et du réseau des établissements d’enseignement français à l’étranger pour les trois prochaines années. Il vient concrétiser la politique en faveur de l’égalité professionnelle voulue par la direction de l’AEFE, également engagée dans une candidature au Label Egalité Professionnelle de l’AFNOR.

L’élaboration de ce plan s’est appuyée sur la consultation de l’ensemble des personnels du siège et des équipes de direction du réseau, en relation étroite avec les représentants des organisations syndicales au sein d’un groupe de travail dédié piloté par la référente égalité.

Ce plan d’action exigeant et ambitieux se présente en six axes :

  • égalité salariale,
  • égalité d’accès et progression des carrières,
  • équilibre des temps de vie,
  • culture d’égalité et prévention, surveillance et sanction du harcèlement sexiste et sexuel,
  • intégration de l’égalité dans la communication interne et externe de l’Agence
  • gouvernance, mise en œuvre, suivi, évaluation et amélioration du plan d’action.

Ces axes couvrent l’ensemble des défis liés à l’égalité professionnelle, avec des mesures concrètes adaptées aux réalités de terrain de l’Agence et à son positionnement international. Il prévoit notamment d’inciter davantage de femmes à candidater à des postes à responsabilité au siège et dans le réseau, d’assurer une mixité dans les jurys de recrutement, d’organiser des sensibilisations ou des formations à l’égalité pour tous les personnels, d’inciter à une meilleure répartition des temps de travail et des temps de vie entre les femmes et les hommes, ainsi que la création d’une cellule d’écoute.

Les 16 cheffes et chefs d’établissement désignés comme relais-égalité permettront une mise en œuvre du plan d’action dans le monde entier.